Aller au contenu principal

Quelques actualités du réseau lorrain du DSU

Les professionnels du réseau DSU LORRAINE se sont retrouvés le 8 décembre dernier, à Thionville ; les membres du CA de l'IRDSU, eux, se retrouvaient le 11 décembre 2015 à Paris. Retrouvez ici quelques éléments clés et d'actualité.

Le 8 décembre 2015, à Thionville :

A la demande de quelques professionnels lorrains, les échanges de la matinée portaient sur les questions liées aux projets d'urbanisme et d'aménagement du cadre de vie des quartiers prioritaires lorrains.

L'objet, certes un peu "techno", portait aussi sur la transversalité de cette dimension avec les questions de développement économique, mais aussi de cohésion sociale.

La gouvernance, encore et toujours au coeur des échanges : quid de la place des professionnels du DSU dans l'organigramme, dans le portage des projets et des compétences ?
Difficile articulation des échelles ville et agglomération (complémentarité entre les différents enjeux territoriaux ; partage des compétences ; cheminements inégaux vers la mutualisation - ou non - des services des villes et de leur agglomération...) ; difficile transversalité entre les différents services concernés ; difficile lien avec les PLH locaux (problèmes de calendrier, de compatibilité...). Ces problématiques sont à constater aussi au regard de la loi NOTRe et des schémas intercommunaux qui "révolutionnent en permanence" les cartes intercommunales
La question des relations avec les services de l'Etat (en l'occurrence avec les DDT), on le voit, diffère selon les départements ; alors que les stratégies de l'ANRU sont parfois ressenties douloureusement selon les territoires concernés (injonctions évolutives ; difficultés à gérer l'enchainement ANRU 1 / ANRU 2, à mesurer l'intensité de l'engagement encore possible des bailleurs  ...)
au niveau national : différents modèles de gouvernance à l'interco ; d'aucuns "mutualisent faussement" ; d'autres "pas de projet à dimension interco" ; pour la majorité "l'interco est un chantier en cours", par le fait duquel les élus "découvrent" la dimension développement local à l'échelle intercommunale.
Parmi les préoccupations discutées ce jour, ressortent plus particulièrement :
- la question des QPV en agglos rurales : on y observe une certaine "dissolution" progressive de la PV dans d'autres réalités territoriales (vieillissement...)
- la question de la mixité : vaut-il mieux mixer (dispersion des populations --> éloignement des services) ou concentrer (avec les services afférents) ? mixer les populations ne suffit pas à régler les difficultés sociales vécues ; cette finalité est un leurre vis à vis des autres problématiques sociales... Quels mécanismes ont amené à une dégradation des quartiers ; beaucoup étaient mixtes avant, sont devenus QPV...
- la question de la participation citoyenne (et des conseils citoyens) : dans le cadre des projets ANRU, l'année et demie de réflexion, d'élaboration du protocole, de définition de la vocation du quartier, peut offrir un bon tempo pour intégrer les habitants, citoyens... On constate que les situations diffèrent énormément d'un territoire à l'autre sur ce point ; ici, tout reste à faire ; là, les élus sont "trop en attente" vis à vis du conseil citoyen (alors qu'ailleurs, ils sont encore trop craintifs) ; Pour l'animer, le volontaire en service civique est une figure montante, mais parfois, c'est la création d'un poste FONJEP dédié qui se profile. Dans de nombreux cas, ça bouleverse les cultures professionnelles, et celles des élus, mais aussi des membres des CC eux-mêmes ; des éléments de méthode et d'organisation restent à finaliser
Nationalement : l'existence même des CC, leur présence en COPIL, COTECH... amène des réflexions, des remises en cause, ... fait évoluer les pratiques, les instances... nécessité de rester connecté à la GUP ; On navigue à vue, mais c'est positif, ça se construit... ; par ailleurs, pas de méthode type (vis à vis du tirage au sort, du rôle dans les instances, de l'autonomie...), pas de principe irrévocable de fonctionnement...
- la question de l'étude de peuplement : elle permet parfois de voir l'articulation parc social / parc privé dégradé ; échelle QPV reste privilégiée, alors que le dépassement de ces limites devrait sembler incontournable.

APRES MIDI :

Présentation : "Europe et politique de la ville" : par PM Simon, Centre Europe Direct du CPL ; présentation attrayante, mais ne dissimule pas les difficultés à mobiliser les équipes, les territoires sur ce type de montages de projet, de montée en compétences...

En cliquant ICI, retrouvez les documents supports à sa présentation 

Echanges professionnels :

- ingénierie : dimension oubliée des contrats de ville ? Certains propos (d'élus, d'acteurs...) laissent à penser que l'ingenierie coûte et constitue une "strate de dépenses" dont l'utilité resterait à prouver ; il convient donc, pour les professionnels du DSU, d'être force de propositions alternatives du type "mise à disposition de personnel/service de droit commun au bénéfice de la PV", évolution de la place de l'équipe politique de la ville dans l'organisation de la collectivité. Sur ces évolutions, depuis la loi de réforme, les situations diffèrent, là aussi, grandement.

- pour l'an prochain (2016)
* c'est les 10 ans du réseau lorrain !! organiser un évènement ? ré-organiser le réseau ?
* des temps sur le fond : participation, projets de territoire, 
* gouvernance avec nouvelle région ? grand territoire --> éloigné ; une journée Grand Est ? financement du réseau DSU ?
* Un temps sur les conseils citoyens ? avec une partie "entre membres des conseils citoyens"
* un séminaire thématique avec élus ? (thématique : Participation ?) à proposer au  CRPVL ? (discrim° ? ...)
QUELQUES DATES :
- 29 janvier : prochain CA de l'IRDSU
- le 31 mars : AG de l'IRDSU
- le 1er avril : journée de travail sur les équipes projets
- les 8 et 9 septembre : journées nationales de l'IRDSU à Bordeaux
Pour finir, quelques liens :
- relatives à l'IRDSU :

publié le

2 janvier 2015

par :

Johan CHANAL

Fichiers joints