Aller au contenu principal

Hommage à Michel Dinet

Il est des hommes dont on mesure les leçons

ll est des hommes dont l’on perçoit leur humanisme et leur profondeur, à la première rencontre. Il est des hommes dont on mesure l’importance, sans pouvoir la nommer, la dire. Il est des hommes qui vous poussent à donner le meilleur de vous-même. Michel Dinet était tous ces hommes-là.

Il est des hommes politiques dont l’électeur s’éloigne, se méfie, se lasse. Mais il en est d’autres dont on mesure la sincérité  de l’engagement, l’adéquation entre leurs pratiques et leurs discours. Michel Dinet était d’abord un homme avant d’être un politique.

Il est des militants cultivant la nostalgie des idéologies, Michel Dinet était d’abord un instituteur, un praticien plus qu’un théoricien de l’éducation populaire, de la promotion sociale, de la laïcité, de la participation : un citoyen, pleinement, totalement. Autant de valeurs qui fleurent bon le début du XX° siècle, qui sont pourtant plus que jamais nécessaires, à réinventer en ce début du XXI° siècle.

Il est des personnes qui ont su incarner un territoire, le rendre visible bien au-delà des frontières. Il est une géographie sensible qui a su démontrer la capacité de résilience des territoires pour ne pas se désertifier comme Colombey-les-Belles en Lorraine, le Mené en Bretagne ou Mouthoumet en Languedoc-Roussillon. Le Toulois fut le creuset d’une idée, d’une conviction, d’une pratique que l’on peut appeler le développement local, l’intercommunalité, les Pays. Michel Dinet était pour nombre de personnes, de France, mais aussi d’Afrique, du monde, le héraut de cette conviction, de cette intuition.

Il y avait chez Michel Dinet un peu de la gouaille d’Audiard, de la posture de tribun de Jaurès, de  la profonde humilité de l’abbé Pierre, de la lucidité de Mendès-France. Michel Dinet était de ces élus qui goûtèrent aux charmes des palais de la République, mais qui se sentait tellement plus utile chez lui, pour avoir le pouvoir et le devoir d’agir. 

En ces temps d’abstention, de défiance par rapport aux hommes politiques, Michel Dinet était l’un des rares qui réconciliait avec la politique, en faisant comprendre sa grandeur, ses servitudes, l’abnégation qu’elle nécessite.

Il aurait pu assumer bien d’autres fonctions. Il n’avait de cesse que de vouloir ré-enchanter la République.

Il devint président du conseil général et incarna ce que devait être une assemblée, en charge des solidarités, du vivre ensemble, de la projection dans l’avenir. Michel Dinet fut l’un des rares présidents qui pouvait convaincre de l’intérêt d’un conseil général dans ses missions de solidarité et de proximité tout en souhaitant sa disparition en tant qu’institution.

Michel Dinet a inspiré bien des hommes et des femmes, qui aujourd’hui sont quelque peu orphelins et surtout consternés de devoir écrire un hommage post-mortem, alors qu’il était tellement vivant, bon vivant, bien vivant.

Les militants, les adhérents de l’Unadel et du Carrefour des Pays Lorrains, savent tout ce qu’ils doivent à leur fondateur et compagnon de route. Ils continueront à porter et à faire vivre son message et son esprit dans l’animation et les projets de tous les territoires.


Si vous voulez consulter ou contribuer au Livre d'Or dédié à Michel, voici l'adresse internet :

http://www.unadel.asso.fr/michel-dinet-est-decede/

Hommage à Michel Dinet - Nancy jeudi 3 avril 2014 - Le développement local au Coeur- Marie Louise Haralambon et Cécile de Blic

Marie louise

En 1978,sous l'impulsion opiniâtre du jeune Conseiller Général nouvellement élu, les 'Gens' du canton de Colombey, allaient vivre une belle et riche aventure : être acteurs de leur devenir.

Michel Dinet, l'humaniste, allait révéler à chacun, du simple habitant aux élus responsables et au-delà des clivages, leurs  capacités, leurs compétences, leurs richesses et les mettre, collectivement, au service d'un avenir commun, de notre avenir commun.

Son charisme, son charme, sa détermination, sa force de conviction, son audace nous ont entraînés avec enthousiasme et  bonne humeur à participer à un renouveau.

C'est dans la confiance que toutes les forces vives se sont rassemblées pour faire face aux difficultés et mettre en place des réalisations qui permettent à tous de bien vivre en pays de Colombey et du Sud Toulois ; réalisations dont le pays et ses habitants sont fiers..

Il a fallu de l'énergie et du temps pour tisser patiemment, respectueusement, fraternellement, ce qu'on appelle chez nous l'esprit du pays, en harmonie avec nos hommes, avec nos femmes, avec nos paysages et notre ruralité.

Michel nous a démontré au quotidien, sur le terrain, ce qu’est La politique, celle qui élève l’homme, qui bonifie ce qu’il y a de meilleur en lui, au service des autres.

Cécile

Il avait son territoire au cœur,   et il aimait ses habitants : laïcards ou bonne sœur, syndicaliste ou cadre à l’usine, commerçant ou agriculteur, instit ou toubib, il a su les fédérer, il a su nous rassembler.

Il a su aussi nous faire bosser…! J’en sais quelque chose par les nombreuses années passées à ses côtés : c’était passionnant, mais c’était épuisant… c’était surtout enthousiasmant.

A une époque de repli sur soi et de défiance, terreau de tous les populismes, Michel Dinet privilégiait le  travail en commun, l’écoute, (et) la bienveillance, qui transforment les différences en force et convergence.

Très vite repéré bien au delà de l’horizon de Colombey, Michel a accepté de porter ces valeurs en réseau, régional avec  le carrefour des pays lorrains,  national avec l’unadel.  Là aussi il  a  su fédérer, associatifs, consulaires, universitaires, agents de développement,  fonctionnaires et entrepreneurs, élus de droite, élus de gauche, élus du centre et d’ailleurs, autour d’une même idée force du développement local : le territoire c’est le meilleur creuset des mutations, à condition que les gens soient acteurs de leur projet.  

… On se souvient par exemple, de l’événement de Carcassonne « territoires d’avenir » qui a rassemblé 2000 militants du développement local venus de tous les coins de France et au-delà.

Marie louise

L'ouvrage est toujours sur le métier, poursuivons le chemin engagé. N'oublions pas la chance que nous avons eue d'avoir connu ce grand, ce gros, ce très cher bonhomme.

Michel, tu nous manques déjà ; que tout ce que tu as semé lève et prospère pour atteindre l'inaccessible étoile...

Cécile

Tous les acteurs du développement local, de Vannes le Chatel ou de Mouthoumet,  de Lorraine ou de Bretagne, du Nord ou de Provence, nous nous sentons orphelins aujourd’hui.

Mais nous sommes  HERITIERES et HERITIERS de Michel Dinet. Alors, nous devons,  NOUS ALLONS relever le défi. Celui  de transformer notre tristesse en Force pour tisser maille après maille les liens qui font sens et ré-enchantent le territoire.

C’est un devoir. Ce sera  exigent. Ce sera enthousiasmant.

publié le

11 avril 2014

par :

Delphine Stoquert