Aller au contenu principal

Elaborer un diagnostic de territoire : rencontre du RDSU du 22 mai

Le réseau lorrain du DSU (développement social urbain) a organisé une journée de travail le 22 mai dernier, en coopération avec le cabinet COMPAS, dans les locaux de l'IRA (Institut Régional de l'Administration) à Metz.

Comme à notre habitude, le tour de table de démarrage a été l'occasion pour chacun d'évoquer les réalités de son territoire, de sa situation professionnelle du moment. Ce jour, ces échanges avaient un goût particulier du fait que certaines équipes (d'élus) ont changé sur les territoires tout récemment, et que des questions s'amoncellent dans les esprits de chacun au regard des évolutions en cours sur le champ de la politique de la ville (et au regard des annonces gouvernementales sans cesse reportées de nouvelle géographie prioritaire d'abord, mais aussi de circulaires, décrets, et autres boîtes à outils). 

La perplexité des professionnels est palpable. Leurs inquiétudes portent sur plusieurs dimensions de la politique de la ville, version 2015 et plus :

* Comment le portage intercommunale va-t-il se déployer sur des territoires encore "vierges" en la matière ? comment ce portage s'articulera-t-il avec les compétences de la commune ? Une nouvelle gouvernance territoriale sera-t-elle en capacité de s'épanouir harmonieusement (ou tout du moins de se développer sans encombres) au sein de tous les EPCI ?

* De quels outillages les professionnels vont-ils bénéficier pour prendre toute la mesure de cette réforme, et être en capacité de la traduire en actes sur leurs territoires, auprès de leurs élus, au service des habitants ?

* Comment agir autour de/pour/avec les conseils citoyens ? quel équilibre les professionnels du DSU parviendront-ils à trouver entre les attentes des citoyens et celles des élus, entre des projets émanant de la population, et d'autres ne rencontrant pas nécessairement leur approbation, entre des approches potentiellement conflictuelles, parfois rédhibitoires pour les uns ou les autres...?

* Quelle place pour les enjeux financiers dans le champ de compétences des professionnels ? vis à vis de la nouvelle dotation politique de la ville, des nouvelles (?) modalités de financements demain... ? voire de la période de transition qui ne manquera pas de durer pour certains, entre le 1er janvier 2015, et la signature de certains contrats de ville ?

Mais la journée a donc surtout été consacrée à la question du diagnostic territorial. Sans décrire ici tous les contenus de la journée, nous insisterons sur quelques enseignements essentiels. Les pièces jointes à cette actualité viendront en complément.

* le premier enjeu du diagnostic est démocratique : nécessaire mais insuffisant, le travail de diagnostic doit permettre de se départir du culte de l'indicateur. Il doit s'appuyer autant sur des statistiques que sur des échanges, des ressentis, des expressions, du vécu d'acteurs, d'habitants, ainsi que sur des données des partenaires (bailleurs, CAF, pôle emploi, collectivités...). Il doit être partagé entre les parties prenantes.

* les éléments de diagnostic prennent du sens quand on les compare entre périodes (évolutions) et entre territoires (environnement), quand on croise des indicateurs entre eux

* le diagnostic peut et doit porter sur les territoires, leurs habitants, les équipements, les infrastructures... ainsi qu'il peut et doit porter sur l'observation des moyens mis au service de ces territoires, autrement dit sur l'analyse de la mobilisation des droits communs (ceux des services de l'Etat comme ceux des différentes collectivités territoriales et EPCI concernés) pour ces territoires.

* en + des sources de données repérables dans les PJ, les participants ont signalé tout l'intérêt de la base de données SENACS (constituée par les centres sociaux, en convention avec la CAF)

L'AM nous a permis de travailler en groupe sur des approches thématiques particulières telles que l'isolement des personnes, la précarité, la formation ou l'activité des femmes.

Etoffez vos réflexions à l'aide des PJ