Aller au contenu principal

Un accord européen sur les engrais recyclés

Le règlement sur l’utilisation d’engrais organiques, issus de déchets, a fait l’objet d’un accord tripartite entre le Conseil, le Parlement européen et la Commission européenne, le 13 décembre dernier. Il vise à réduire l’utilisation d’engrais chimiques en Europe.

D’où vient cette législation ?

Cette nouvelle législation a été proposée par la Commission européenne en mars 2016 dans le cadre du paquet Economie circulaire. Elle prévoit notamment des limites de contaminants, pour les engrais phosphatés ou organiques.

Le Parlement européen se satisfait-il de cette législation ?

Pas tout à fait. Celui-ci avait souhaité des limites davantage contraignantes mais il faut tout de même voir le positif, il s’agit du premier accord européen sur ce sujet.

Quel est l’objectif des mesures qui ont été adoptées ?

Toutes ces mesures visent à « réduire les déchets, la consommation d’énergie et les dommages pour l’environnement et la santé humaine », selon le communiqué de la Commission européenne. Cela contribuera aussi à créer un nouveau marché pour la réutilisation de matières premières.

Quelle est l’économie espérée ?

Selon les estimations de la Commission, les biodéchets ajoutés aux boues d’épuration et aux déchets de farines de viande, d’os et de fumier, pourraient remplacer 30% des engrais non organiques, alors que l’Union européenne importe environ 6 millions de tonnes de phosphates par an.

Quand cet accord entrera-t-il en vigueur ?

Si l’accord doit encore être approuvé officiellement par le Parlement et le Conseil des ministres de l’UE, il devrait entrer en application à partir du 1er janvier 2022. C’est une première dans l’UE. Aujourd’hui, seuls les engrais non organiques, extraits de mines ou produits chimiquement, peuvent être commercialisés librement dans l’Union européenne. Seuls 5 % des biodéchets sont aujourd’hui recyclés et réutilisés en engrais.

publié le

21 décembre 2018

par :

Camille DJUROVIC