Aller au contenu principal

Rencontre des territoires du Grand Est avec leurs partenaires en région le 07 décembre - supports et synthèse

 

A l’invitation de l’ADCF, de l’ANPP et de Citoyens et Territoires, une cinquantaine d’élus et agents issus de territoires (intercommunalités, pays/PETR) de tout le Grand Est depuis Epernay jusqu’à l’Alsace du Nord, se sont retrouvés à Metz pour évoquer avec l’Etat et la Région l’actualité et surtout l’avenir de leurs relations partenariales et contractuelles.
Retrouvez les supports et éléments de synthèse de la rencontre.

La nouvelle relation État-Région, qui se cherche, bouscule la vie des territoires et peut apporter son lot de désarroi et de perplexité. L’État se réforme et est moins présent. Les régions quant à elles trouvent leurs marques… Le bloc local communes-intercommunalité et les mutualisations entre territoires doivent, dans ce contexte, plus que jamais se développer.

En préambule de cette rencontre, la Caisse des Dépôts (Patrick de RUGERIIS, directeur régional adjoint) et l’Agence France Locale (Stéphane LE HO, directeur du développement) ont exposé l’actualité de leur offre de services en matière de financement et d’ingénierie au profit des territoires. L’une des maisons a 200 ans et est toujours dynamique, l’autre est toute jeune mais propose d’intéressants outils financiers mutualisés entre collectivités.

François SCHRICKE, SGARE adjoint, s’est plié au difficile exercice d’exposer les politiques de l’Etat, dans un contexte très mouvant. Contrat de Plan Etat-Région, contrats de ruralité, programme en faveur des villes moyennes, pactes métropolitains avec un volet coopération ville-campagne. L’actualité des politiques régionales a également été exposé, où l’on voit que les choses se mettent encore en place dans ce grand espace Grand Est.

Au fil de la discussion, ont été évoquées les questions de proximité des partenaires (y compris dans l’accès à une information parfois non harmonisée d’une préfecture à l’autre, d’une maison régionale à l’autre sur le Grand Est), la nécessité de soutenir une ingénierie financière et de projet sur les territoires non urbanisés, la saturation des équipes techniques territoriales face aux exigences de plus en plus forte des partenaires (le programme LEADER* notamment), certaines reculades sur les crédits d’Etat (programme TEPCV**), le manque de visibilité financière. Les participants se sont également interrogés sur la manière dont les territoires ruraux et intermédiaires peuvent être présents et peser– au côté des grandes agglomérations - dans le dialogue avec l’Etat et la Région pour la mise en place des grands programmes (CPER, fonds européens en région, schémas régionaux…).

Au final cette rencontre a été riche en échanges francs, respectueux et constructifs où les territoires et leurs partenaires ont pu exprimer leurs attentes, leurs contraintes, leurs propositions : une base de discussion pour un RDV prévu avec l’exécutif régional dans les prochaines semaines.

*LEADER : programme européen qui vise àsoutenir le développement des territoires ruraux porteurs d’une stratégie locale de développement et qui finance des actions innovantes. Les régions gèrent les fonds LEADER depuis 2015.

**TEPCV : Territoire à énergie positive et pour la croissance verte : 750 millions d’euros initialement budgétés, mais 400 + 75 finalement disponibles