Aller au contenu principal

Plan Juncker : objectif initial de 315 milliards d'euros d'investissements dépassés

Le Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) a mobilisé 335 milliards d'euros d'investissements supplémentaires dans toute l'UE depuis juillet 2015. Le plan Juncker a eu une incidence indéniable sur l'économie de l'UE et a révolutionné les modalités de financement de l'innovation en Europe.

La Commission européenne et le groupe de la Banque européenne d'investissement (BEI) ont tenu leur engagement de mobiliser 315 milliards d'euros d'investissements supplémentaires dans le cadre du plan d'investissement pour l'Europe, le plan Juncker. Soutenues par une garantie du budget de l'Union européenne et les ressources propres du groupe BEI, 898 opérations ont été approuvées, ce qui devrait générer 335 milliards d'euros d'investissements dans l'ensemble des 28 États membres de l'UE. C'est plus que l'objectif initial de 315 milliards d'euros fixé en 2015, lors du lancement de l'EFSI, ce qui contribue à combler le déficit d'investissement provoqué par la crise économique et financière. 700 000 petites et moyennes entreprises devraient bénéficier d'un meilleur accès aux financements. Compte tenu du succès de l'EFSI, le Conseil européen et le Parlement européen ont convenu l'année dernière de prolonger sa durée et d'accroître sa capacité pour atteindre 500 milliards d'euros d'ici à la fin de 2020.

Emploi et croissance

Le département des analyses économiques de la BEI et le Centre commun de recherche de la Commission (CCR) estiment que les opérations de l'EFSI ont déjà soutenu plus de 750 000 emplois, un chiffre qui devrait passer à 1,4 million d'emplois d'ici à 2020, par rapport au scénario de référence. En outre, les calculs montrent que le plan Juncker devrait augmenter le PIB de l'UE de 1,3 % d'ici à 2020, après l'avoir déjà accru de de 0,6 %. Deux tiers des 335 milliards d'euros qui ont été levés proviennent de ressources privées, ce qui signifie que l'EFSI a également atteint son objectif visant à mobiliser des investissements privés.

Par rapport à la taille des économies, c'est dans des pays qui ont été durement frappés par la crise que l'incidence est la plus forte, à savoir Chypre, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, le Portugal et l'Espagne. Alors que l'impact en termes d'investissements directs est particulièrement élevé dans ces pays, les calculs font apparaître que les régions bénéficiant de la politique de cohésion (pour la plupart dans les pays d'Europe de l'Est) sont susceptibles de profiter davantage d'un effet à long terme.

Qu'a financé le plan Juncker?

Le plan Juncker permet au groupe BEI de financer des opérations plus risquées que la moyenne de ses investissements. Souvent, les projets soutenus par l'EFSI sont très innovants, menés par de petites entreprises dépourvues d'antécédents de crédit ou regroupent de plus petits besoins en infrastructures par secteur et zone géographique. Le soutien de ces projets a rendu nécessaire le développement de nouveaux produits de financement par le groupe BEI, par exemple des prêts d'amorçage-investissement, qui ont des caractéristiques d'un apport en fonds propres, ou des plateformes d'investissement. Il importe de noter que le plan Juncker permet aussi à la BEI d'approuver un plus grand nombre de projets qu'il ne serait possible sans la garantie du budget de l'UE, ainsi que de toucher de nouveaux clients: trois sur quatre des bénéficiaires du soutien de l'EFSI sont nouveaux pour la BEI. Cela démontre que le plan Juncker a apporté une véritable valeur ajoutée.

Les pays en tête du classement des investissements générés par l'EFSI en proportion du PIB sont la Grèce, l'Estonie, la Lituanie, la Bulgarie et la Finlande. Les exemples vont de solutions innovantes en matière de soins de santé en Espagne, à l'économie circulaire en République tchèque, en passant par la production de denrées alimentaires en Grèce. Des fiches d'information par pays et par secteur donnent un aperçu plus détaillé ainsi que d'autres exemples de projets.

Comment le plan Juncker profite-t-il aux citoyens et aux entreprises?

En plus de financer des projets innovants et de nouvelles technologies, le plan Juncker a soutenu d'autres objectifs de l'Union, par exemple dans le domaine numérique, social et des transports. Grâce à l'EFSI:

  • 15 millions de ménages supplémentaires ont accès à internet à haut débit;
  • plus de 500 000 logements sociaux à un prix abordable ont été construits ou rénovés;
  • 30 millions d'Européens bénéficient de meilleurs services de santé;
  • 95 millions de passagers profitent chaque année de meilleures infrastructures ferroviaires et urbaines;
  • 7,4 millions de ménages sont approvisionnés en énergies renouvelables.

Pour un aperçu complet des résultats, voir le rapport annuel de la Banque européenne d'investissement sur les opérations de la BEI au sein de l'UE en 2017.

Services de conseil et lieu de rencontre en ligne

Un autre objectif important du plan Juncker est d'aider au démarrage des projets. La plateforme européenne de conseil en investissement fournit une assistance technique et des conseils pour les projets naissants.  

En outre, en juillet 2018, plus de 700 projets avaient été soumis au portail européen de projets d'investissement, lieu de rencontre en ligne pour les promoteurs de projets et les investisseurs. 

publié le

19 juillet 2018

par :

Camille DJUROVIC